Carences en nutriments deux ans après la gastrectomie manchon

Résultats

Données démographiques

Du 26 septembre 2005 au 28 mai 2009, 100 patients (sex-ratio, femmes: hommes = 59:41 [1.4:1]) avec un âge moyen de 43,6 ans (extrêmes: 22 à 64 ans) et un IMC préopératoire de 52,3 kg / mm2 (plage, 36–77) a subi une SG. L’opération a été réalisée par trois chirurgiens, opérant en équipe dans les 100 opérations enregistrées. Le résultat du patient et la durée de l’opération n’ont pas été influencés par le changement de chirurgien dans cette équipe. Les données démographiques sont présentées dans le tableau 2.

Résultat chirurgical

Données d’opération Sur les 100 patients, 99 ont subi une chirurgie laparoscopique principalement. Chez 6,1% de ces patients (6 sur 99), une conversion de la laparoscopie en laparotomie était nécessaire. Dans un cas, une laparotomie primaire a été réalisée en raison d’une hernie de la paroi abdominale, d’une résection d’un praeter de l’anus, d’une colectomie subtotale avec iléorectostomie. Une colectomie partielle a été réalisée en raison de plusieurs opérations du côlon dans un hôpital extérieur. L’évolution postopératoire du patient s’est déroulée sans incident. Dans 4 cas, cette conversion a été réalisée en raison d’un bilan laparoscopique insuffisant avec une pression intraabdominale élevée et dans 2 cas en raison de saignements laparoscopiquement incontrôlables (Tableau 3).

La durée moyenne de fonctionnement était de 86,4 min. Le volume gastrique réséqué moyen était de 995,6 ml. Un tube d’étalonnage de 34 français a été utilisé chez 89% des patients (89). Des renforts d’agrafes ont été utilisés chez 88% des patients (88) (tableau 2). La comparaison du taux de fuite et des saignements chez les patients utilisant un renfort de ligne d’agrafage ou un sur-couture n’a fait aucune différence.

Il y avait des différences significatives entre les durées du PO. Lorsque des renforts de ligne d’agrafage ont été utilisés, la durée moyenne de l’OP était de 79,3 min, contre 141,1 min sans utiliser de renfort de ligne d’agrafage (p = 0,010).

Une conversion en laparotomie était significativement plus nécessaire pour les patients avec un IMC> 60 kg / m2 par rapport aux patients avec un IMC inférieur (p > 0,001). La durée de l’OP était en moyenne de 70,4 min pour les patients avec un IMC compris entre 35 et 39,9 kg / m2, 70,2 min pour les patients avec un IMC compris entre 40 et 49,9 kg / m2, 92,9 min pour les patients avec un IMC compris entre 50 et 59,9 kg / m2 et 101,2 min pour les patients avec un IMC> 60 kg / m2. Patients avec un IMC> 50 kg / m2 avaient des durées d’OP significativement plus longues que les patients avec un IMC <50 kg / m2 (95,7 contre 70,2; p = 0,001). Le volume gastrique réséqué était significativement plus élevé chez les patients avec un IMC> 50 kg / m2 par rapport à ceux avec un IMC <50 kg / m2 (1072,7 contre 854,2; p = 0,001).

Complications chirurgicales peropératoires et postopératoires précoces Vingt patients (20,0%) ont souffert de complications peropératoires ou / et postopératoires (tableau 3). Des complications postopératoires sont survenues chez 17 patients (17,0%). Un patient avec un IMC de 55,5 kg / m2 décédé (1,0%). Au dixième jour postopératoire, le patient s’est plaint de douleurs abdominales supérieures gauches. Le scanner a montré une suture insuffisante avec un abcès sous-cardial. Une ponction guidée par TDM s’est ensuivie. La situation cardiaque du patient s’est aggravée et le SDRA s’est développé. Des complications aiguës ont été observées beaucoup plus fréquemment chez les patients ayant un IMC> 60 kg / m2 (p <0,001). Le taux de complications majeures était de 8% (tableau 3).

Taux de mortalité Le taux de mortalité après 24 mois de suivi total est de 2%. Le patient mentionné ci-dessus est décédé pendant son séjour à l’hôpital 73 jours après l’opération, en raison de SIRS et ARDS. Le deuxième patient est décédé plusieurs mois après SG en raison de sa situation cardiaque sans aucun rapport avec l’opération.

Données de suivi Le taux de suivi était de 80% (80/100). Tous ces patients ont été examinés cliniquement avec un test de laboratoire 24 mois après la SG, donc le temps de suivi moyen est de 24 mois.

L’IMC préopératoire moyen de tous les patients examinés était de 52,3 kg / m2. À la fin du suivi, il y a eu une réduction significative de l’IMC à 35,4 kg / m2 (p <0,0005). La plus grande perte de poids s'est produite au cours des 12 premiers mois postopératoires (52,3 kg / m2 à 36,3 kg / m2). Ensuite, nous avons observé une perte de poids de 36,3 kg / m2 à 35,4 kg / m2 pour tous les patients.

Le% LEF dans les catégories d’IMC entre 35 et 39,9 kg / m2 et 40 et 49,9 kg / m2 était respectivement de 47,4% et 47,5% après 3 mois. Le plus grand% de LEF dans ces catégories a été atteint après 12 (72,6%) et 24 (74,2%) mois. Patient avec un IMC compris entre 35 et 39,9 kg / m2 a montré une légère tendance à l’augmentation du poids après cette période. Patient avec un IMC compris entre 40 et 49,9 kg / m2, 50 et 59,9 kg / m2 et plus de 60 kg / m2 a montré une perte de poids continue tout au long de la période de suivi de 24 mois (tableau 4). En moyenne, il y avait une tendance à l’augmentation du poids après 18 mois. La perte de poids la plus importante a été atteinte au cours de la première année postopératoire (p <0,0005). En ce qui concerne le pourcentage de perte de poids, le% du LEF le plus élevé de 67,1% est survenu après 18 mois, et après 24 mois, il y avait un autre% du LEF de 62,6%. Le plus haut% LEF de 83,3% a été observé chez les patients avec un IMC compris entre 35 et 39,9 kg / m2 après 12 et 18 mois (tableau 4).

Procédures de révision après SG Au cours de la période d’observation totale de 24 mois, une deuxième opération pour induire une perte de poids a été nécessaire chez 25,0% (25) des patients afin de développer une perte de poids ou une amélioration supplémentaire des comorbidités. Trois patients ont subi RYGBP et 22 patients DS.

Carences en nutriments, paramètres de laboratoire et supplémentation Chez les patients après une SG en une seule étape, aucune supplémentation de routine postopératoire n’a été effectuée. Une supplémentation a été suggérée selon un examen de laboratoire effectué tous les 6 mois en cas de carences.

Le fer Une supplémentation en fer a été réalisée chez 48 patients (48,0%). Sept de ces patients ont développé une anémie microcytaire, qui a nécessité l’initiation d’une supplémentation en fer. Chez 23 de ces 48 patients, une supplémentation en fer a été réalisée en prophylaxie après RYGBP ou DS. Les 25 autres patients (25,0%) dont 21 femmes ont été complétés après SG. De plus, nous avons examiné la supplémentation en fer chez la femme fertile. Les femmes avaient un âge moyen de 42,8 ans (25 à 59 ans). Treize de ces 21 femmes ont enregistré une valeur réduite en fer, et les 8 autres femmes ont été complétées par une combinaison d’acide folique et de fer.

Zinc La valeur moyenne la plus élevée pour le zinc de 14,70 μmol / L a été déterminée en préopératoire (plage de référence: 10–23 μmol / L). Il n’y avait aucune différence significative entre les valeurs moyennes au cours de la période de suivi. Au total, 33 patients ont subi une supplémentation en zinc, et 5 d’entre eux se sont plaints de la perte de cheveux. Dix-neuf patients ont été complétés après RYGBP ou DS. Quatorze patients (14,0%) ont été complétés après une SG en raison d’une carence en zinc. Pour la supplémentation, les patients ont reçu 15 mg de Zink par jour.

Sélénium La valeur moyenne la plus élevée pour le sélénium de 81,60 μg / L (plage de référence: 50–120 μg / L) a été déterminée en préopératoire. Après 3 mois, une diminution significative à 61,13 μg / L (p <0,0005) s'est produite. Aucune autre différence significative n'a été observée au cours du suivi. En raison d'une carence en sélénium en laboratoire, huit patients après SG ont été traités avec une supplémentation en sélénium en utilisant 100 μg deux fois par jour. Parmi les 75 patients qui n'ont pas subi de deuxième opération, il y a eu une augmentation progressive de la concentration de sélénium (OP: 81,5 μg / L; 3rd mois: 62,1 μg / L; 6e mois: 63,0 μg / L; 12e mois: 66,9 μg / L; 18e mois: 66,8 μg / L; 24e mois: 69,7 μg / L). L’augmentation du sélénium à partir de 3 mois après l’opération a atteint un niveau significatif après 12 mois (p = 0,043).

Calcium et hormone parathyroïdienne Chez 62 des 100 patients, les taux de PTH ont été déterminés en préopératoire et 22,6% des patients (14) souffraient d’hyperparathyroïdie. Les niveaux moyens de PTH (plage de référence: 10,0 à 69,0 ng / L) pour les patients avec un IMC supérieur à 60 kg / m2 étaient de 83,15 ng / L en préopératoire, 73,30 ng / L après 6 mois et 61,55 ng / L après 18 mois (tableau 5; 6). Trente-quatre patients (34,0%) ont été complétés par du carbonate de calcium et du cholécalciférol, dont 15 patients complétés après RYGBP ou DS. Pour la supplémentation en calcium, les patients ont été supplémentés avec 500 mg de calcium et 10 mg de cholécalciférol quatre fois par jour. Vingt-quatre patients (24,0%) ont été traités avec une supplémentation en vitamine D séparée ou supplémentaire en raison de niveaux élevés de PTH, dont 9 patients traités de manière préventive après une deuxième opération.

Sous supplémentation, une concentration croissante de PTH est apparue 3 mois après l’opération. Après 6 mois, une diminution significative de la concentration de PTH a été identifiée (p = 0,045). L’évolution des niveaux de PTH est indiquée dans le tableau 6.

Albumine La SG n’a pas affecté de manière significative les taux d’albumine des patients (plage de référence: 34,0–48,0 g / L) pendant la période de suivi.

Vitamine B12 Dans l’ensemble, quarante-deux patients (42,0%) ont reçu une supplémentation en vitamine B12. Pour la supplémentation en vitamine B12, 1000 μg de vitamine B12 par mois ont été ordonnés. 24 patients avec SG comme procédure autonome (24,0%) ont été complétés au cours de la première année postopératoire et 18 patients après RYGBP ou DS. (Tableau 7). Sous supplémentation, les niveaux de vitamine B12 ont atteint des valeurs moyennes stables (plage de référence: 175–810 pmol / L) pendant toute la période de suivi.

Les 75 patients après SG en tant que procédure autonome ont démontré des concentrations stables et pas significativement différentes de vitamine B12 (OP: 285,6 pmol / L; 3rd mois: 288,1 pmol / L; 6e mois: 269,0 pmol / L; 12e mois: 253,8 pmol / L; 18e mois: 254,2 pmol / L; 24e mois: 265,2 pmol / L) (tableau 7).

Acide folique En ce qui concerne l’acide folique (plage de référence: 10,40–42,40 nmol / L), il y a eu une diminution significative 3 mois après l’opération de 18,87 nmol / L à 15,29 nmol / L (p <0,0005). 19 patients ont été complétés. Après RYGBP ou DS 21, le patient a reçu une supplémentation conformément aux directives nationales et internationales. Après le troisième mois suivant l'opération, une concentration croissante d'acide folique a été observée avec une moyenne maximale de 20,96 nmol / L après 24 mois. Une supplémentation a été réalisée avec une combinaison d'acide folique 0,5 mg et de fer 40 mg par jour.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *